Actualités

Voir toutes les actualités

DÉCOUVREZ LES DERNIÈRES ACTUALITÉS DES CORSAIRES !

Corsaires de Nantes x Compagnie Histoire d’en rire

Parrainée par Matthew Brenton depuis quelques mois, la Compagnie Histoire d’en rire s’est récemment rapprochée des Corsaires de Nantes pour créer le premier partenariat entre les deux structures. Aujourd’hui, les deux entités s’associent autour des interventions des comédiens professionnels de la compagnie et de visites des joueurs de l’équipe première auprès de patients adultes dans 2 services du CHU de Nantes. Découvrez ci-dessous les coulisses de ce rapprochement via l’interview croisée de Sylvie Portrait (présidente de l’association Compagnie Histoire d’en rire), d’Aline Fournier (membre de l’association) et Matthew Brenton.

Pouvez présenter l’association ?

Aline : L’association s’appelle « la Compagnie Historie d’en Rire », elle existe depuis novembre 2020 officiellement. Elle propose des interventions clownesques à l’hôpital en services adultes. L’idée c’est d’aller visiter des patients adultes directement à l’hôpital pour leur apporter du rire, des « bulles d’ailleurs » et leur permettre de penser quelques instants à autre chose qu’à leur maladie.
C’est un projet novateur parce que les clowns à l’hôpital ça existe d’abord pour les enfants et de plus en plus pour les personnes âgées. Et nous, le projet que nous portons c’est vraiment à destination des adultes, ce qui existe très peu en France actuellement.
Ce sont des interventions de comédiens clowns professionnels qui sont formés à ce métier d’intervention en établissement de soin avec toutes les spécificités que cela implique.
Depuis que nous existons nous avons démarré des interventions au CHU de Nantes et nous intervenons dans 2 services : le service dermatologique et un service de cancérologie pluridisciplinaire. Nous y intervenons 1 fois par semaine tous les lundis.
L’association c’est aussi un bureau composé de Sylvie Portrait présidente, Julien Chéné trésorier et Véronique Bellèvre qui est secrétaire de l’asso.

Comment fonctionne-t-elle ?

Sylvie : Il convient de rappeler que nos comédiens clowns sont tous salariés et professionnels donc c’est à nous de chercher des financements pour fonctionner. On recherche des ressources un peu partout, c’est un travail de tous les jours qui est réalisé par des bénévoles. Nous avons des soutiens dans des entreprises du secteur de la santé, des fondations et quelques associations. Le CHU nous a permis de nous lancer et reste toujours derrière nous !

Comment s’est fait le rapprochement entre l’association et les Corsaires ?

Sylvie : Je suis les Corsaires depuis 1995, donc on participe à tous les matchs depuis cette année- là en tant que supporter. L’idée du parrainage nous est venue avec Aline et on s’est orientées vers le domaine sportif après lui avoir présenté le club. Et je lui ai donc proposé de demander à un joueur des Corsaires de nous parrainer pour nous permettre de gagner en visibilité à travers le sportif professionnel qu’il est, via ses réseaux.
C’est par le biais d’Elisabeth Jouniaux, qui officiait à la table de marque que nous sommes entrés en contact avec l’équipe et plus précisément avec Matthew. Ça a matché tout de suite ! Matthew a tout de suite accepté d’être notre parrain et on le remercie encore aujourd’hui. Donc c’est notre parrain depuis quelques mois maintenant.
Matthew : Pour moi, depuis que je suis à Nantes, j’ai toujours cherché une association pour m’impliquer car j’ai toujours connu ça au Canada. Ça m’a toujours tenu à coeur. Cette cause m’a particulièrement parlé puisque ce type de public n’était pas ciblé par ce genre d’actions. Je trouve intéressant de s’engager pour un public pour qui très peu de choses étaient mis en place.

Est-ce que tu peux nous parler de ce qui se fait au Canada ?

Matthew : Quand j’étais en junior majeur à Montréal, on avait mis en place un parrainage avec un Hôpital. On faisait des visites avec plusieurs joueurs de l’équipe. Au niveau du club, on avait un secteur dans les tribunes qui était réservé aux enfants malades et on leur permettait de rentrer dans les vestiaires. Ça permettait aux enfants de sortir de l’hôpital et de vivre un moment différent. C’est quelque chose qui m’a marqué et qui m’a donné envie de le reproduire ici en France. J’ai la chance d’être en bonne santé, de pouvoir jouer à bon niveau et c’est important de « rendre une partie de ça » à notre niveau. De pouvoir leur faire partager le plaisir et la chance que l’on a de pouvoir jouer au Hockey.
Quand tu arrives en junior majeur beaucoup d’organisations sont impliquées et essaient de s’investir dans des causes comme celle-ci. Cela nous permet de nous former aussi en tant qu’homme à côté du parcours de joueur.

Que permet ce parrainage pour la Compagnie Histoire d’en Rire et pour les Corsaires ?

Aline : Pour notre association qui est assez jeune, le relais des Corsaires de Nantes et leur notoriété nous sert d’appui et nous permet de nous faire connaître. Nous sommes une jeune association qui intervient dans un domaine assez particulier. L’objectif c’est que ce que nous faisons soit mieux compris du grand public et mieux identifié. Depuis que l’on parle du parrainage que ce soit auprès du CHU ou d’autres organismes, celui-ci est bien accueilli et il y a une vraie résonnance.
Matthew : De notre côté, je trouve que c’est important pour le club de s’investir dans ce genre de causes. Et de donner le sourire à des gens qui vivent la maladie au quotidien. Et puis cela permet aussi de sensibiliser nos joueurs et demain peut-être notre public à ces actions qui sont menées dans les hôpitaux et à Nantes plus précisément.

Qu’est ce qui est mis en place pour faire vivre ce parrainage ?

Matthew : J’ai parlé dans le vestiaire aux joueurs pour sensibiliser les gars à ce parrainage et leur expliquer que le club lui aussi était investi dans le projet. Afin de savoir si certains étaient intéressés pour nous rejoindre dans l’aventure. Et j’ai eu des premiers retours très positifs des gars sur la cause que l’on accompagne avec l’association et sur la possibilité de se déplacer à plusieurs pour aller rendre visite à des malades directement au CHU.
Aline : Le CHU a également très bien réagi, ils sont très enthousiastes à l’idée que les Corsaires puissent rendre visite aux malades avec l’association et ils souhaitent d’ailleurs officialiser cette visite et mettre en place une petite cérémonie au sein de l’établissement, avec un photographe de l’hôpital, pour marquer le coup.

Quels sont les projets d’avenir ?

Pour l’avenir l’objectif est de pérenniser nos interventions une fois par semaine au sein de deux services. De pouvoir continuer à collaborer avec les services hospitaliers, les soignants.
L’autre objectif c’est de développer notre communication pour pouvoir aussi développer nos interventions et intervenir dans d’autres services puisqu’à l’hôpital il y a aussi beaucoup d’autres services adultes que nous ne couvrons pas.
Plus nous aurons de moyens, plus nous pourrons élargir l’équipe de comédiens clowns donc c‘est aussi dans nos projets.

Share This